Quel Monde – L’Instant Poétique

earth-2635273_1920

Irrespirable cet air, comme une tempête de poussière

Un souffle immense qui nous transperce devant cette misère

Mais que font ces gens qui ont l’air sois disant importants

Que font-ils lorsque des milliers de gens meurent parce qu’on nous ment ?

Les médias crachent, nous avalons, comme cette foutue propagande pour un état pur sang

Réveillons-nous avant qu’il soit trop tard, avant que ce monde sombre dans le cauchemar

Infini comme celui des siècles précédent, faut-il rappeler la leçon des anciens

Le totalitarisme a laissé sa place au plus grand et plus fort, le capitalisme

Cacher, Spéculer, Paupériser, violenter le monde avant que les masses en prennent conscience

Elle est loin l’époque révolutionnaire où même sans couilles si l’on partait de rien

Lever une idée, qu’elle ne soit pas écrasée car le peuple en voulait

Aujourd’hui, endormi à la consommation, au profit et à l’accumulation du capital

Il est loin le temps où Marx prônait une révolution sociale.

Et parlons un peu de cette vieille démocratie

Celle qui se justifie par la guerre qu’elle soit nucléaire ou parlementaire

A quoi bon s’intégrer, voter et défendre sa condition si tous ceux qui nous représentent ont les poches rempli de pognons…

Sivanah Lachavanne

Mon amour – L’Instant Poétique

universe-2742113_1920

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Il n’y a aucun possessif que je désire autant répéter

Pourtant mon amour

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Je sais que tu n’es point mienne car au fond rien ne m’appartient

Et moins encore ce que l’univers à engendrer de plus pur

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Mon amour

Igor Rodrigues Ramos

Révisions – L’Instant Poétique

book-1421098_1280

J’aime ce qu’elle fait et ce qu’elle ne fait pas. Il y a des fois, comme celle-ci même, je la regarde tout simplement faire des choses plus simples encore. Je regarde et je pense, je contemple et je ressens.

Elle révise.

Elle tourne les pages noircies de ce polycopié comme le vent caresse les coiffures arbresques, assise élégamment – suis-je jaloux d’une chaise ? – sur ces fesses de marbre moelleux.

En baillant, elle semble expirer le monde entier et ses éléments, elle est ce microcosme, miroir de la création originelle.

Cette clope à la bouche, étreinte par ses douces lèvres, éteinte pour l’instant – ah non elle l’allume finalement, enfin – symbole de destruction; elle la maîtrise de sa sainte main et dompte le feu prométhéen. Et les pages tournent encore entre ses doigts, et tournent et tournent et tournent.

Lire la suite

Conte – L’Instant Poétique

sterntaler-1635654_1280

Si notre histoire m’était comptée, je ne pourrais y croire ou m’y croire car comment s’identifier à l’irréel, à un paradis dont on ne suggère que l’idée ?
Une harmonie des corps qui me rappellent les contes d’antant,
Mais pas de bonne fée à l’horizon,
Pas de citrouille en carrosse ou de grenouille à embrasser,
Juste un prince le temps d’un bal d’un soir,
Lorsque ce bal se prolonge,
Je vis un des plus beaux contes à tes côtés,
Surtout lorsqu’on sait que ce dernier est bel et bien réel,
Oublions la fée, la chaussure ou le carrosse,
Puisqu’un seul de tes baisers me réveille chaque matin, ah non, me prolonge dans ce rêve qui est le mien.

La Beauté et Toi – L’Instant Poétique

nature-670025_1280

Il y a la beauté et il y a toi.

L’une est pourtant plus belle que l’autre et rien au monde ne me fera penser que la beauté t’es supérieur.

Je vois en toi ce que je n’ai jamais vu.

Je vois en toi ce que je ne verrai jamais.

Et ce que je n’ai jamais vu et ce que je ne verrai jamais sont à mes yeux les choses les plus belles de l’univers.

 

Igor Rodrigues Ramos