La Beauté et Toi – L’Instant Poétique

nature-670025_1280

Il y a la beauté et il y a toi.

L’une est pourtant plus belle que l’autre et rien au monde ne me fera penser que la beauté t’es supérieur.

Je vois en toi ce que je n’ai jamais vu.

Je vois en toi ce que je ne verrai jamais.

Et ce que je n’ai jamais vu et ce que je ne verrai jamais sont à mes yeux les choses les plus belles de l’univers.

 

Igor Rodrigues Ramos

« Les fleurs du mal » de Baudelaire – Littéraudio

Si la beauté est dans la noirceur, les ténèbres n’ont jamais été aussi belles avec Baudelaire!

Rejoignez la chaîne de Littéraudio en cliquant ici-même!

Cadavres Espagnols – L’Instant Poétique

skeletons-1617539_640

Ces sublimes saintes nues se ruent si lentement qu’elles empêchent mon salut.

L’oiseau nu s’enorgueillit à la vue de l’ange déchu et tordu.

Cependant, seins pendant, le magma humide s’invite si vite en doigtant le ciel.

Les déguisements humanoïdes s’invitent jusqu’au bout de la night en doutant de la juste morphologie.

Leur proéminente pomme d’Adam, défoncé à la traîtrise imagière, excite fortement la chute au paradis artificiel.

Hermès et Aphrodite palpent largement, affectant le tableau efféminé, sans facéties ni bas-résilles, ainsi que la veste d’Hermaphrodite.

IRR&VLM

Regard – L’Instant Poétique

san-francisco-1893985_1920

Au loin, entre les cieux et la terre,

Parmi la chaire et la pierre,

Le vent et les tourments

L’encre et le sang,

Je ne vois qu’un regard;

Ce regard même qui contemple le monde,

Qui guette, respire et sonde,

Matin, midi et soir.

Toi.

Ô Toi!

Mon toit,

Mon étoile

Ma toile,

Mon paysage,

Mon pays pas si sage.

Il n’y a que toi

Au milieu de tout ce fracas.

Rêve matinal – L’Instant Poétique

angel-1891440_1920

L’œil bas et les paupières endormies,
Je m’en vais de bon matin
Trimer pour mon pain de mie;
Que voulez vous, il le faut bien.
 la tanière, derrière un rêve
Et une couverture portant
Son odeur et à ses formes se pliant,
Git vivace celle dont je rêve.
Au réveil elle est si belle,
Elle adoucie les rayons du soleil.
Au soir elle est plus resplendissante encore,
Son regard de feu rendrait vie à un mort.
Repose toi s’il est trop tôt, mon ogresse,
Ma princesse insensée, ma déesse,
Ma dormeuse qui rêve éveillée
D’un éveil qui me fait tant rêver.
Que Douce soit ta journée ma douce, n’oublie pas que ton prince pense à toi et qu’il t’aime majestueusement!
Igor Rodrigues Ramos