Conte – L’Instant Poétique

sterntaler-1635654_1280

Si notre histoire m’était comptée, je ne pourrais y croire ou m’y croire car comment s’identifier à l’irréel, à un paradis dont on ne suggère que l’idée ?
Une harmonie des corps qui me rappellent les contes d’antant,
Mais pas de bonne fée à l’horizon,
Pas de citrouille en carrosse ou de grenouille à embrasser,
Juste un prince le temps d’un bal d’un soir,
Lorsque ce bal se prolonge,
Je vis un des plus beaux contes à tes côtés,
Surtout lorsqu’on sait que ce dernier est bel et bien réel,
Oublions la fée, la chaussure ou le carrosse,
Puisqu’un seul de tes baisers me réveille chaque matin, ah non, me prolonge dans ce rêve qui est le mien.